Français | English
 

Aquarium du Québec

Voici l’article intégral de Sophie Gall du journal Le Soleil, Paru le 12 avril 2014.

Valeur ajoutée et contenu de qualité

Pour une entreprise, l’utilisation des réseaux sociaux doit servir sa mission et ses objectifs préalablement établis. Avoir une page Facebook, un compte Twitter ou Pinterest simplement pour «être branché» n’est pas très stratégique. «La première question que doivent se poser les entrepreneurs, c’est : « on fait ça pour quoi? », mais ils ne se posent pas souvent la question», constate Jean Sébastien Roy, président chez Hey! Marketing créatif.

C’est cette question qu’il a fait émerger dans la tête de l’équipe des communications de l’Aquarium du Québec. L’objectif de l’Aquarium, en ayant une page Facebook, est d’augmenter le nombre de visiteurs. Le contenu publié doit aussi répondre à la mission d’éducation, de sensibilisation à l’environnement et de divertissement.

Stratégie bien réfléchie

Pour répondre à l’objectif d’augmentation des visiteurs, il faut faire en sorte de toucher de nouveaux réseaux de personnes, pas seulement les personnes qui nous suivent sur un réseau social ou un autre. Les publications doivent être assez distinctives pour que nos abonnés aient envie de partager la nouvelle, ce qui peut attirer de nouvelles personnes à suivre notre page. La vidéo est un très bon moyen d’atteindre ce but. Quand l’Aquarium a publié la vidéo de Boris, un morse, «chantant» Vive le vent, le nombre de fans de la page Facebook a fait un bond. «Il n’y a pas de recette pour qu’un contenu devienne viral, mais l’authenticité, la spontanéité, ça marche», affirme M. Roy. Pas besoin de faire appel à un vidéaste, sortez votre iPhone.

 

S’associer à des personnalités, à des partenaires extérieurs ou à des organisations d’influences est aussi un moyen de toucher de nouveaux réseaux de personnes. Un bon exemple, concernant l’Aquarium, a été celui d’un concours organisé avec l’Office du tourisme de Québec comme partenaire. Par ce concours, l’Aquarium rejoignait le réseau de l’Office dont les abonnés ne suivaient pas forcément l’Aquarium. Il suffisait d’inviter ces gens à aimer la page Facebook de l’Aquarium pour pouvoir participer au concours.

Jean-Sébastien Roy note que ce sont les 1000 premiers «fans» qui sont les plus difficiles à aller chercher. «Après, ça roule tout seul», lance-t-il.

Mais avoir beaucoup de personnes qui nous suivent n’est pas avantageux si ces gens ne visitent pas notre page et ne partagent pas nos contenus. Voilà pourquoi «il faut créer de la valeur ajoutée, du contenu de qualité et facilement partageable», mentionne l’expert. Des liens vers des articles, des photos, des vidéos relatifs à notre mission sont des contenus pertinents. Que l’Aquarium publie une vidéo de la naissance d’un ours polaire dans un zoo européen est pertinent, même si l’événement n’est pas «local». Et c’est bien connu, les contenus drôles, touchants, mignons, «qui font du bien», fonctionnent très bien.

*****

Trois astuces de Jean-Sébastien Roy, président de Hey! Marketing créatif

1. Lorsque l’on met un lien vers un article sur notre profil de réseau social, on aiguille les gens vers un site extérieur, ce qui, stratégiquement, n’est pas l’idéal. Si on a un blogue sur notre site, on devrait plutôt mettre le lien vers le blogue, qui, lui, contiendra le lien vers le site extérieur. Qui sait si après avoir lu le blogue, la personne n’ira pas fouiner sur les autres pages de notre site Web. Il y a des outils qui permettent de connaître le «chemin» que parcourt cette personne sur notre site Web. #stratégie

2. Publier du contenu en lien avec le contexte du moment est payant : profiter d’une actualité, d’une météo particulière peut s’avérer efficace. Attention toutefois à ne pas trop s’éloigner de notre mission. L’Aquarium pourrait tout à fait publier une petite vidéo de leurs ours polaires ravis d’une tempête de neige tardive. Sourire assuré au milieu du râlage de tout le monde. #pertinenceetintelligence

3. On peut générer une attente chez nos abonnés avec la photo de la semaine, l’offre d’emploi de la semaine. La régularité est intéressante, mais contraignante. Par contre, pour certaines entreprises, cette ponctualité n’est pas possible. Le Festival d’été de Québec ne s’évertuera pas à publier 10 messages par semaine au mois de janvier. Par contre, à l’approche de l’été, les messages vont davantage se succéder. #planificationetbonsens

Pour en savoir plus sur la formation, le coaching et la mise en place de stratégie digitale / médias sociaux.

Pour visionner l’article sur La Presse.ca